07/02/2013

1942: les révélations-bidon de la RTS

Pure coïncidence sans doute: le jour même où Ueli Maurer faisait son discours à l’occasion de la Journée en souvenir des victimes de l’Holocauste, la Télévision alémanique lançait, photos à l’appui, de prétendues révélations selon lesquelles le Conseil fédéral «savait» dès 1942, mais n’avait pas réagi. Or, ces photos ne sont nullement inédites, mais connues depuis longtemps!

C’est notre confrère Luc Debraine, spécialiste de la photographie, qui le révèle dans L’Hebdo: «Berne savait, mais n’a rien fait: tel serait le message livré par ces lettres, télégrammes, rapports et photos présentés par des médias comme inédits, ou longtemps laissés dans l’ombre. Rien n’est moins vrai. Si l’on prend le seul cas de la demi-douzaine de photos, celles-ci sont connues depuis longtemps par les chercheurs.»
Et pas seulement par les chercheurs, affirme notre confrère, puisqu’elles ont été vues par les milliers de visiteurs des musées de l’Holocauste, notamment à Paris et à Bucarest, sans parler de leur publication dans le catalogue du Mémorial de la Shoah de Paris.
Dès lors, on comprend mal les explications du directeur des Documents diplomatiques suisses, Sacha Zala, selon lequel ces photos n’ont pas été publiées à ce jour, parce que les Documents diplomatiques suisses ne sont pas illustrés, et parce que c’est seulement en 2011 que son institution a pu les scanner et les mettre en ligne. M. Zala donnait ainsi à croire au citoyen médusé qu’elles étaient inédites avant cette date, et que par conséquent, elles étaient une nouvelle preuve de l’ignominie du Conseil fédéral de l’époque. Ignorance? Tentative de manipulation? Il serait intéressant d’avoir les explications de M. Zala sur ce point. Lequel, jusqu’ici, a cherché à calmer le jeu: le 2 février dans 24 Heures, il expliquait: “Je n’aurais jamais pensé que cette publication aurait un tel écho. A aucun moment, nous n’avons dit que ces photos étaient “la” preuve ultime que Berne connaissait les exactions nazies. Nous ne faisons pas de sensationnalisme.” (sic)
Une fois de plus, les médias se sont emballés sur une information fausse, trop heureux de remettre une briquette sur le feu de la critique systématique de la Suisse dans le passé. 24 Heures a fait particulièrement fort sur son site, en illustrant l’article avec une photo du… Général Guisan! Aucun rapport évidemment, mais une occasion de nuire n’est jamais perdue, n’est-ce pas?
Tout à la joie de mettre Ueli Maurer dans l’embarras, les médias ont, comme c’est de plus en plus souvent le cas, négligé de vérifier leurs sources avant de lancer leur pétard mouillé. Tout va si vite, n’est-ce pas ! Habile calcul sans doute: le mal sera fait, le consommateur de média n’en demandera pas plus, et ne lira pas les éventuelles mises au point… Aucun d’entre eux, à part L’Hebdo, ne s’est donné la peine de chercher un peu plus loin, de se demander si ces révélations tenaient la route. On s’est contenté, comme M. Rochebin dans son 19:30, de répéter sans réserve ce que les autres disaient: si tout le monde le dit, cela doit être vrai…
On ne tranchera jamais la question de savoir si le Conseil fédéral de la guerre eut une attitude indigne, ou s’il a sauvé la Suisse face à la machine de guerre allemande, ou tous les deux en même temps. Mais du moins devrait-on faire preuve d’une certaine prudence, et d’une grande conscience professionnelle, lorsqu’on brandit à grand tapage des révélations potentiellement dévastatrices. Surtout si ces révélations, en réalité, n’en sont pas.

www.commentaires.com