12/11/2014

Ecopop: gare aux conséquences d’un non !

Un non à Ecopop aurait des conséquences délétères sur l’emploi, les salaires et les ressources naturelles. Car ce n’est pas le peuple suisse qui tirerait les marrons du feu.

Surprise ! Dans 24 Heures, on a pu lire un article favorable à Ecopop, sous la signature de l’ancien député vert Pierre Santschi. Oh ! certes, il était bien encadré par une charge musclée de Mme de Quattro, et un gros bandeau publicitaire signé du conseiller national UDC Jean-Pierre Grin. Un bandeau qui vaut son pesant de cacahouètes lorsqu’on voit notre député vanter les mérites d’une… indispensable immigration ! Pas n’importe laquelle certes, mais de préférence des ouvriers agricoles payés au lance-pierre. Il faudrait tout de même que l’UDC choisisse son camp. Enfin, surtout les chefs, parce que la base, elle, a déjà dit oui à Ecopop.
M. Santschi dit une chose très juste, qui sonne comme un avertissement: «Soyons lucides: en cas de rejet de l’initiative, rien, mais vraiment rien, et absolument rien, au vu de la propagande anti-Ecopop des institutions économiques, ne changera dans les pratiques destructrices de ces dernières. Pire, un non à Ecopop leur donnera un argument de plus pour combattre les propositions politiques en cours pour une économie responsable (…).»
C’est hélas une évidence: un non à Ecopop sera interprété comme l’adhésion enthousiaste de la population à une croissance sans fin, à une Suisse à 15 ou 20 millions d’habitants. Dès lors, la machine à détruire, à surconsommer et à bétonner repartira à plein régime, et nous n’aurons plus que les yeux pour pleurer – enfin, ceux qui ne veulent pas que la Suisse devienne le Shanghai de l’Europe. C’est qu’il y aurait de l’argent à se faire! Mais on peut tourner les chiffres comme on veut: lorsqu’autour d’un gâteau il y a quatre, puis huit, puis seize convives, tout le monde ne mangera pas à sa faim.

Au-delà de 45 ans, votre ticket n’est plus valable

Les jeunes en formation et les jeunes adultes feraient bien de réfléchir aussi, malgré une propagande tonitruante pour les détourner de leurs propres intérêts: on a appris cette semaine que, sur le marché du travail en Suisse, on ne trouve plus d’emploi au-delà de 45 ans, en raison de la concurrence étrangère, moins chère et moins exigeante. Sans parler du dumping salarial dans la sous-traitance, et des emplois au black, scandales sur lesquels on ferme complaisamment les yeux – il faut bien que l’économie tourne, voyez-vous !
45 ans. Cela signifie qu’à l’issue d’une formation poussée, un diplômé de 30 ans aura 15 ans d’espérance de vie professionnelle devant lui, s’il n’a pas la chance de tomber dans une entreprise respectueuse de ses employés, ou dans l’administration. Autrement dit, même pas de quoi constituer une bonne prévoyance, ni de quoi acheter une maison pour sa famille.
Nous avons voulu la libre-circulation, et nos jeunes, demain, vont payer la facture, en concurrence avec une marée de jeunes chômeurs français, espagnols, italiens prêts à tout pour avoir leur part du gâteau. Les vieux de plus de 45 ans, eux, se débrouilleront entre petits boulots, chômage, AI et aide sociale – de quoi ramper jusqu’à la retraite, qui forcément sera mince.
Pierre Santschi a donc raison de dénoncer le cynisme des milieux économiques, qui voient dans un échec d’Ecopop de nouvelles perspectives de profit, de pressions sur les salaires («j’en ai douze derrière la porte qui attendent»), et de ce qu’on pourrait appeler la non-préférence nationale, déjà systématiquement pratiquée – même par les pouvoirs publics, en tout cas au niveau de la culture: un directeur d’institution culturelle, dans le canton de Vaud et à Lausanne, ne saurait être que français. Provincialisme, quand tu nous tiens !
«Notre économie, notre prospérité… », scandent les politiques. Ils ne réalisent pas que ce possessif n’est plus partagé par les Suisses, dont beaucoup ne voient que les miettes de cette prospérité. Mais peut-être nos politiciens pensent-ils, in petto, à leur propre prospérité, plutôt qu’à celle de la collectivité…

www.commentaires.com