30/03/2011

Démographie vaudoise: résister, ou subir?

L’explosion démographique annoncée par M. Broulis et ses voyantes extralucides pour le canton de Vaud n’est pas inéluctable. On peut, on doit y résister.

En politique, il est nécessaire d’anticiper. Encore faut-il disposer de données de base fiables. Dans les années 60 et 70 déjà, des projections démographiques légèrement délirantes avaient stupéfait les Vaudois – d’autant qu’elles s’étaient avérées grossièrement fausses. Aujourd’hui, diverses sources non-concordantes prédisent une explosion démographique dans le canton de Vaud, la plus forte de Suisse semble-t-il, causée essentiellement par l’immigration. Quelle immigration? Personne ne le sait.

Face à la perspective d’une hausse d’environ 30% à 40% de la population en 2020, selon les scénarios, le Conseil d’Etat se précipite dans un train de mesures, concernant notamment le logement et les transports, en prenant bien soin de ne pas se poser trois questions préalables fondamentales:

– Ces prévisions sont-elles crédibles, et sur quoi reposent-elles?

– Cette explosion démographique est-elle un bien pour le canton, et pour les Vaudois?

– Faut-il à tout prix se soumettre à la perspective d’une immigration massive, ou faut-il y résister?

Les projections des voyantes extra-lucides de l’Etat de Vaud et de la Confédération postulent une croissance économique constante durant les dix ou vingt ans à venir en Suisse, qui justifierait une immigration forte. Or, rien n’indique de manière irréfutable que nous soyons à l’aube d’une réédition des Trente Glorieuses. Entre l’explosion inéluctable des coûts de l’énergie, des denrées alimentaires de base et des matières premières au niveau mondial, il y a là des facteurs qui contredisent clairement l’idée d’une croissance économique fulgurante.

Certes le canton de Vaud bénéfice actuellement d’une attractivité considérable, mais on sait combien tout cela est fragile: il suffit de quelques délocalisations majeures pour gripper la machine, et freiner l’immigration de cadres et d’employés qualifiés. Que survienne une nouvelle crise mondiale – ce que personne ne peut exclure – et le profil de cette immigration pourrait changer radicalement. Ce ne seraient plus alors des cadres et des employés qualifiés venant de l’Union européenne, mais des réfugiés économiques en provenance d’Afrique du Nord et d’Afrique sub-saharienne. Ce qui ne fera pas l’affaire des promoteurs occupés à construire des private residences à plusieurs millions…

Les Vaudois, on le sait, éprouvent des difficultés considérables à choisir un logement qui leur convient, au point que, précisément, ils doivent prendre ce qui se présente, plutôt que ce qu’ils voudraient. Une augmentation de 40% de la population va aggraver sérieusement le problème, voire obliger des Vaudois à déménager dans les cantons voisins, ou en France voisine, faute de pouvoir assumer les loyers demandés dans leur canton d’origine. Car il est certain que l’offre de logements ne satisfera pas la demande, en quantité ou en qualité, même si l’Etat accapare les parcelles en expropriant les propriétaires qui ne veulent ou ne peuvent pas construire.

En tout état de cause, et quoi qu’en pense M. Broulis, l’arrivée massive d’une population allogène dans le canton risque d’avoir bien plus d’inconvénients que de bénéfices pour la population résidente. Promiscuité accrue, trafic engorgé, transports publics dépassés, frictions culturelles et religieuses, difficultés de logement… Autant de difficultés que ne compenseront pas des recettes fiscales supplémentaires qui demeurent hypothétiques et qui, si elles existent, suffiront à peine à couvrir les dépenses d’infrastructures rendues nécessaires par ces nouveaux habitants.

Mais le plus grave sur le plan politique et philosophique, c’est la soumission automatique et sans esprit critique de nos dirigeants à ces perspectives, sombres à nos yeux, même si M. Broulis et les médias les trouvent très chouettes. Attitude logique au demeurant: si on évite soigneusement de se demander si cette évolution est favorable, on évite aussi le souci de la remettre en question. Or, nous sommes convaincus que les Vaudois ne se réjouissent pas de devoir se serrer encore un peu plus, de voir la pression s’accroître sur une nature déjà exsangue, de voir les communes exproprier les propriétaires qui refusent de bétonner leur parcelle, de voir pousser encore des hectares de centres commerciaux hideux.

On peut, on doit résister à l’explosion démographique. Elle n’arrive pas comme la neige en hiver, elle arrive parce qu’on fait tout pour cela, par exemple en créant un appel d’air avec de nouveaux logements. Plus on crée de logements, plus de gens viendront en profiter, soit pour travailler, soit pour bénéficier de nos prestations sociales. Est-ce vraiment ce que veulent les Vaudois? On le répète: un jour ou l’autre, il faudra leur poser la question, puisque leurs dirigeants refusent de se la poser.

Des ministres bourgeois contre la propriété

La proposition la plus explosive du gouvernement vaudois pour faire face à la vague d’immigration annoncée, la surtaxation et l’expropriation des propriétaires qui refusent de bétonner leur parcelle, est parfaitement extravagante. Et dire que ses promoteurs sont un ministre radical, et un ministre UDC!

La manœuvre de MM. Broulis et Mermoud est d’autant plus choquante qu’elle s’accompagne d’une détestable manipulation des esprits. Le 30 mars, 24 Heures titrait, citant M. Mermoud: «Le canton entre en guerre contre la spéculation immobilière.» Voilà où en est le Conseil d’Etat vaudois: jeter l’opprobre sur les propriétaires. Un propriétaire qui ne bétonne pas l’intégralité de son bien est forcément un vil spéculateur! Bientôt, le radical Broulis nous dira que «la propriété, c’est le vol». Non Messieurs ! La plupart des propriétaires vaudois sont des personnes attachées à leur bien, pour lequel ils se sont souvent saignés aux quatre veines. Ce ne sont pas des spéculateurs avides qui attendent le moment propice pour s’en mettre plein les poches.

Dans l’esprit du gouvernement vaudois, un propriétaire aurait donc le devoir de construire jusqu’au dernier mètre carré disponible, même s’il n’en a pas envie, et surtout, même s’il n’en a pas les moyens. On sait que de nombreux petits propriétaires vivent chichement, même si leur terrain vaut de l’or, et que tout projet de construction leur est interdit pour des raisons économiques. Seront-ils donc forcés de vendre à la commune, et d’aller se loger ailleurs? C’est la première étape d’une étatisation pure et simple du sol.

Le projet du gouvernement vaudois semble avoir été rédigé par Pierre-Yves Maillard, MM. Broulis et Mermoud n’en étant que les porte-parole dévoués. Il prévoit d’autres mesures de contrainte à l’égard des propriétaires: vous ne voulez pas construire? Alors on vous colle un impôt spécial supplémentaire, histoire de voir jusqu’où vous tiendrez avant de craquer, pour vendre enfin à la collectivité. Parallèlement, l’Etat encouragera financièrement les communes qui auront accaparé votre bien. Logique.

Ces propositions sont inacceptables, et contraires à l’esprit de la Constitution, qui garantit la propriété. Nul doute que le Grand Conseil, puis le peuple cas échéant, les renverront dans les poubelles du Château, où est leur vraie place.

Philippe Barraud
www.commentaires.com

09:54 Publié dans Politique | Lien permanent |  Imprimer

13/03/2011

Obama, l’Europe et Kadhafi: le nouvel esprit de Munich

La communauté internationale observe, les bras croisés, le retour de Kadhafi au pouvoir en Lybie. Dans quelques heures, au mieux dans quelques jours, l’insurrection sera écrasée. Viendra alors le temps des représailles. Que dirons-nous à Kadhafi ? Mme Calmy-Rey ira-elle s’excuser d’avoir exprimé sa joie un peu vite ?

Tout dans leur attitude  indique que l’Europe et les Etats-Unis avaient parié dès le départ sur un retour au pouvoir de Kadhafi, malgré un discours trompeur. Ils n’ont pas levé le petit doigt, et ne le lèveront pas, pour venir en aide aux insurgés. Il faut juste encore un peu de patience, un peu de bavardage pour tromper les populations, et on pourra tourner la page et revenir aux affaires. Partout, les dirigeants politiques sont à la traîne de Barak Obama, l’archétype du social-démocrate incapable de prendre des décisions: depuis des semaines, il «envisage toutes les options», pour être sûr de n’en prendre aucune. Le président des Etats-Unis devrait être un leader, ce n’est qu’une sorte de Chamberlain moderne, impuissant et pitoyable.

Cette attitude est infâme et ne peut inspirer qu’un profond dégoût. Elle est aussi, paradoxalement, d’une grande imprudence. Revenu au faîte de sa puissance, Kadhafi n’aura rien de plus pressé que de liquider la rébellion, puis de faire payer à l’Europe et aux Etats-Unis leur soutien à ses adversaires. Kadhafi et sa bande sont des experts en terrorisme, ils l’ont prouvé maintes fois par le passé. Et la Suisse ne sera pas la moins gâtée par le tyran de Tripoli, non seulement à cause du vieux contentieux genevois, mais encore après la satisfaction affichée un peu vite par la Présidente de la Confédération de le voir tomber.

Dimanche, le pouvoir libyen invitait les compagnies pétrolières étrangères à reprendre le travail. Nul doute qu’elles obtempèreront. Et que les différents gouvernements, en Europe et aux Etats-Unis, les approuveront, car le pétrole, il n’y a que ça de vrai.

On vous le dit: quelques jours de patience encore, et ce sera business as usual. Ce sera la plus pénible leçon des révolutions arabes, au demeurant bien plus modestes finalement qu’on ne l’aurait cru, et auxquelles nous nous sommes intéressés surtout parce qu’elles semblaient issues des réseaux sociaux – comme c’est tendance! En sommes, nous nous sommes intéressés davantage à Facebook qu’aux individus qui étaient derrière. Ils n’étaient, après tout, que des «amis», on ne les connaissait pas vraiment.

Si le monde avait retenu la leçon des Accords de Munich, il aurait choisi la seule issue possible, en 1938 comme aujourd’hui: l’élimination immédiate du tyran et de son régime. Faute de cet élémentaire courage, le monde a connu hier, et connaîtra demain, le déshonneur et le malheur.

Philippe Barraud
Commentaires.com

15:21 Publié dans Politique | Lien permanent |  Imprimer

08/03/2011

Explosion démographique: notre démocratie est en panne

Dans dix ans, nous serons 100’000 habitants de plus dans le canton de Vaud – presque une ville de Lausanne en plus ! Il s’ensuivra des bouleversements énormes, et une chute de la qualité de la vie. Pourquoi les citoyens ne sont-ils pas consultés sur ces choix, pourtant déterminants ? Sur les grandes options, notre démocratie est en panne.

On vote sur toutes sortes de choses, parfois pas très importantes. Mais on ne vote pas sur les grandes options socio-économiques, celles-là même qui influenceront directement notre destin et notre vie quotidienne: démocratie interdite, trop d’intérêts sont en jeu !

L’explosion démographique qu’on nous promet, soit 10’000 habitants de plus chaque année dans le canton de Vaud (sans compter les clandestins, qui sont nombreux), est une authentique catastrophe. Elle ne résulte pas, comme on voudrait nous le faire croire, d’une sorte de fatalité économico-migratoire à laquelle nous ne pouvons rien, fruit de la mondialisation, de la reprise et du mouvement naturel des populations.

En réalité, cette explosion démographique est délibérément voulue et organisée, par la volonté concordante des milieux politiques – communaux surtout – et des milieux d’affaires. De manière à attirer de nouvelles entreprises et de nouveaux salariés, on bétonne à tour de bras, parce qu’il faut que l’offre précède la demande. Regardez autour de vous: les terrains encore vierges sont piquetés de gabarits et de grues, en plaine comme en montagne, où les immeubles occupés trois semaines par an se multiplient. Et quand les terrains à bâtir viendront à manquer pour implanter encore et encore de nouveaux centres commerciaux, on s’attaquera à la zone agricole, qui déjà fait saliver les promoteurs et les politiciens du côté de Genève. N’ayons aucune illusion: face à la demande, face à l’avidité des communes et des promoteurs, l’agriculture devra plier, peut-être même la forêt: au Chalet-à-Gobet, on construit sur les lisières, voire entre les sapins, sous l’égide d’un syndic autrefois écologiste!

Pour attirer de nouvelles entreprises, supposées contribuer à ce «développement économique» tant célébré par les syndics, on recourt aux phéromones fiscales, un sacrifice que souvent nous payons deux fois: une première fois, parce que ces entreprises sont exonérées d’impôts pour une durée déterminée; une deuxième fois, parce que parfois ces entreprises délocalisent au moment où elles devraient commencer à payer des impôts.

Oui mais, nous dit-on, ces entreprises amènent plein de nouveaux contribuables, et donc c’est tout bénéfice pour l’Etat, c’est bon pour le commerce! C’est à voir: essayer de calculer ce que vont coûter, dans les dix ans à venir, les 100’000 nouveaux habitants du canton de Vaud, en termes d’infrastructures et de services. D’un côté, on aura des salariés plus ou moins bien payés, avec des enfants à charge, et qui donc ne payeront pas beaucoup d’impôts, voire pas du tout. D’une autre côté, ces gens voudront se loger, de déplacer, jouir de soins hospitaliers, de services sociaux – eh oui !

100’000 habitants supplémentaires, cela représente dans les 75’000 logements nouveaux, qui n’existent pas encore; cela représente entre 50’000 et 100’000 voitures supplémentaires sur des routes déjà saturées. Or dans dix ans, il n’y aura pas de nouvelles autoroutes, ni de transports publics en suffisance.

Il y aura quoi, alors ? Il y aura une formidable dégradation de notre environnement – c’est inévitable, quoi que l’on fasse – et de notre qualité de vie. Par exemple, les logements seront toujours plus chers, et toujours plus difficiles à trouver: déjà, de nombreux habitants du canton sont obligés d’aller se loger à Fribourg, à Neuchâtel, en Valais ou en France voisine, bonjour les déplacements. «Pas de problème ! clament les politiciens et les urbanistes qui pérorent leur propagande le matin sur La Première – si complaisante: «On va densifier !» Or ça veut dire quoi, densifier?

Ça veut dire qu’on va construire des immeubles entre les immeubles, des immeubles au milieu des villas (ou de préférence à la place de celles-ci), des tours, des étages supplémentaires, avec vue plongeante sur les appartements voisins – mais ce sera toujours aussi cher. Sous le discours délibérément abscons et séducteur des urbanistes (le citoyen va «se réapproprier l’espace urbain», c’est sûr), se cache un concept qu’on est allé repêcher dans les années 60-70, celui des clapiers d’habitation, où la promiscuité, le bruit et l’insécurité rendent fous. Eh oui ! Braves habitants du Pays de Vaud ! Demain, votre canton ne sera plus celui de Ramuz, de Gilles, de Roud ou de Chessex, ce sera une conurbation cosmopolite qui aura poussé anarchiquement entre Montreux, Yverdon et Genève, sur le modèle de Singapour et de Dubai, où on construira dans la précipitation des routes, des hôpitaux, des crèches, des métros, des parkings, des centres commerciaux – il y en a au bas mot pour plusieurs milliards, la destruction du paysage en prime.

Jusqu’au jour où… Les arbres ne montent pas au ciel, et la croissance n’est pas immuable. Il y a aussi des crises, des récessions, chacun le sait. Que ferons-nous, et que dirons-nous à ces 100’000 immigrants, lors de la prochaine récession ? Sur ce terrain-là, les politiciens et les urbanistes sont moins diserts, et de toute façon ils s’en moquent: seul compte le court terme, encore et toujours. Et quand la bise viendra, on sera à la retraite, bien au chaud avec tout ce qu’on aura accumulé…

De rares politiciens, notamment chez les Verts libéraux, voire cher certains Verts qui osent braver les dogmes fossilisés du Parti, ou encore le syndic de Nyon, Daniel Rosselat, commencent à donner de la voix. Ils demandent qu’on cesse cette absurde chasse aux nouvelles entreprises et aux nouveaux habitants, que l’on s’intéresse aussi un petit peu à la qualité de vie de ceux qui sont là, et à la nature qui nous entoure, si mal en point déjà. Mais ces rares politiciens lucides doivent aller plus loin: ils doivent faire en sorte de rétablir nos droits démocratiques sur les questions qui mettent en cause notre avenir commun, et pas seulement sur les horaires d’ouverture des magasins et les barbecues sur les plages publiques.

Je rêve d’une initiative populaire qui demanderait aux Vaudois: «Acceptez-vous que la population du canton augmente de 10’000 habitants par an ?» Pour qu’au moins, le peuple puisse en débattre.

Philippe Barraud
Commentaires.com

11:48 Publié dans Politique | Lien permanent |  Imprimer

01/03/2011

Lavaux: une protection menacée

Le citoyen vaudois dort tranquille, croyant Lavaux sauvé définitivement: n’existe-t-il pas une législation contraignante? Hélas! Depuis l’inscription de Lavaux au Patrimoine mondial de l’UNESCO, de nombreux enlaidissements sont intervenus, tandis que la mise en valeur du site, avec le label UNESCO, reste inexistante. Le rapport d’un historien de l’art de l’EPFL, le Prof. Pierre Frey, est accablant. Accablant mais nécessaire pour arrêter la casse, c’est pourquoi nous le publions in extenso ICI.

Rapport préliminaire, le document du Prof. Frey a été établi à la demande d’une personnalité italienne proche des milieux de l’UNESCO responsables des sites classés, où semble-t-il on se pose des questions. On verra dans ce rapport que chacun en prend pour son grade: les exploitants viticoles, préoccupés exclusivement d’augmenter les rendements et d’accéder, avec véhicules et machines, jusqu’aux parchets les plus reculés; les services cantonaux, qui laissent faire des travaux réputés «de peu d’importance», tandis que les autorités communales regardent ailleurs, et qui laissent faire des traitements par hélicoptère par-dessus les habitations; l’Etat encore, qui subventionne les dommages commis au site sous l’expression commode d’améliorations foncières.

Ah ! Les améliorations foncières ! Depuis des décennies, sous cette étiquette trompeuse, des montants pharaoniques sont consacrés à l’enlaidissement de la nature vaudoise, à coups de routes en béton rectilignes, d’enfouissement de ruisseaux, de suppression de haies vives. Tout ce qui gêne le mouvement des machines, toujours plus grosses, est impitoyablement détruit et nivelé. Et malheureusement, les choses semblent prendre la même voie à Lavaux, où des chemins séculaires sont détruits pour faire place à de larges routes bétonnées.

C’est ainsi que le Prof. Frey peut écrire : «Le vignoble en terrasse a été endommagé et réduit significativement et substantiellement depuis l’inscription de «Lavaux» au Patrimoine mondial de l’UNESCO.» Il dénonce notamment la construction de routes, de murs massifs en béton armé, recouverts de pierres de provenance exogène, en lieu et place des murs traditionnels de pierre sèche ou partiellement jointoyés, qui jouaient un rôle essentiel pour la végétation et la faune locale. Les nouveaux murs, jointoyés complètement, excluent toute vie.

La publication de ce rapport intervient opportunément au moment où la protection de Lavaux est comme suspendue en l’air pour des raisons politiques – une brèche dont certains entendent profiter. Etat des lieux:

– L’Initiative Franz Weber III a été invalidée par la Cour constitutionnelle vaudoise, sous prétexte qu’elle serait inconstitutionnelle. En réalité, les autorités politiques locales veulent à tout prix empêcher que le peuple puisse se prononcer sur ce texte très contraignant, la réponse étant connue d’avance. Le sort de l’initiative dépend maintenant du Tribunal fédéral, qui dira si le peuple peut se prononcer ou non. Dans certains cas par le passé, le TF a penché en faveur des droits populaires, malgré les incertitudes du droit: peut-être en sera-t-il ainsi cette fois encore.

– La nouvelle loi élaborée par le Conseil d’Etat est actuellement sur le grill du Grand Conseil. Les protecteurs de Lavaux la jugent plutôt bonne, mais elle a peu de chance d’entrer en vigueur. En effet, la commission du Grand Conseil s’emploie activement à la vider de sa substance, et la majorité de la commission est désormais sur cette ligne.

Au final, les Vaudois risquent de se retrouver avec une protection de Lavaux affaiblie ! Ce serait un beau gâchis, et surtout une curieuse façon de remercier les instances de l’UNESCO et de la Confédération, qui ont travaillé à l’obtention de ce label. Il y a plusieurs mois déjà, le directeur de l’Office fédéral de la culture, Jean-Frédéric Jausslin, a rencontré une délégation du gouvernement vaudois, pour s’étonner de l’inertie du canton dans la mise en valeur du label UNESCO. Les mois ont passé, mais rien n’a changé ! Les services de l’Etat n’ont même pas été fichus de mettre en place une signalétique ad hoc, comme l’a fait La Chaux-de-Fonds par exemple. A croire que le label UNESCO ne présente aucun intérêt touristique ! A croire qu’il ne sert qu’à justifier des «aménagements» et un «développement économique» inadéquats – car oui, il y a encore beaucoup de projets de routes et de parkings dans les cartons…

Comme tout site relevant du patrimoine mondial de l’humanité, Lavaux n’appartient pas qu’à ceux qui y vivent et y travaillent. Pour ceux-ci, c’est un privilège qui s’accompagne de responsabilités, en particulier celle de transmettre ce patrimoine intact aux générations futures. Le vieux réflexe consistant à dire: «On est chez nous, on fait ce qu’on veut !» n’est pas défendable. Comme le souligne le Prof. Frey, «malheureusement, l’inscription de Lavaux au patrimoine mondial de l’UNESCO a aiguisé les appétits sans créer une véritable conscience de ce qui la motivait à l’origine.»

Philippe Barraud
www.commentaires.com