12/02/2009

La chasse aux riches est ouverte

La surprenante votation zurichoise du 8 février contre les forfaits fiscaux a suscité des velléités identiques chez l’extrême-gauche rose et verte, et chez les socialistes. Qui ont tenté de porter le combat contre les riches étrangers à la fois au niveau fédéral, et dans certains cantons.

Si ce n’est pas du populisme épais, cela y ressemble beaucoup. Mais il semble que lorsqu’il émane de la gauche, le populisme soit tout à fait acceptable. Il n’empêche: on s’étonne d’une telle démagogie, et on s’étonne de voir la gauche exiger une diminution des recettes fiscales, elle qui en général est la championne des hausses d’impôts.

Car il faut être clair: si les riches étrangers vont prendre domicile en Grande-Bretagne, en Belgique ou au Luxembourg (comme l’Union européenne est compréhensive parfois!) tout en continuant à séjourner en Suisse, ce sont bien les classes moyennes chères à la gauche qui devront compenser le manque à gagner, et donc payer davantage d’impôts. Quelle réussite!

Mais le plus désolant dans ces initiatives, c’est ce côté chasse aux riches, aux riches étrangers plus précisément, qui transpire la frustration et l’envie, la haine de classe, la xénophobie sélective. Cette campagne est tout simplement médiocre et honteuse, et montre bien à quelles errances peut conduire l’aveuglement idéologique.

 

Philippe Barraud

Les commentaires sont fermés.